top of page

15 (Super) signaux Sensoriels chez les personnes autistes (pour les comprendre et les aider)


1) Il résiste aux contacts affectueux ou les évite

Explication sensorielle : Cela peut s'expliquer comme étant un mécanisme sensoriel de défense et par un système tactile hyper réactif. Les bisous et contacts physiques légers sont souvent désagréables ou même douloureux du fait de récepteurs tactiles hyper réactifs. Les contacts affectueux peuvent également être évités pour des raisons olfactives, l'autre personne ayant trop de parfum ou un spray pour cheveux trop fort. Un frôlement inattendu des cheveux de l'autre peut également être en cause, ou la texture, inconfortable pour le système tactile de l'enfant, des vêtements de la personne qui l’embrasse.

Idées pour vous aider :

· Respectez cette particularité ; faites des câlins fermes et serrez fortement au lieu de faire des bisous et des contacts légers.

· Proposez de porter des vêtements de compression, pourquoi pas une veste Bear Hug™.

· Fournissez des pressions profondes fréquentes sur tout le corps.

· Incitez au jeu tactile avec des textures variées.

· Evitez de mettre des parfums et d'autres produits très odorants, tels que des lotions ou spray pour cheveux.

· Si votre enfant est capable de verbaliser ce qui le gêne par rapport aux manifestations d'affection, parlez-en ensemble dans un esprit d'ouverture et de compréhension afin de déterminer ce qui déclenche les réactions sensorielles.


2) Il évite certaines textures telles que les couvertures, les tapis, les draps, les peluches


Explication sensorielle : Cela peut s'expliquer par des défenses sensorielles et un système tactile trop réactif. Tous les objets mentionnés ci-dessus comportent certaines textures qui peuvent faire réagir les récepteurs tactiles à vif d'un enfant ; ces derniers détectent le moindre changement dans la texture, qu'il soit agréable ou au contraire douloureux et nocif.

Idées pour vous aider :

· Respectez le fait que l'enfant n'aime pas certaines textures, y compris certains draps et couvertures.

· Laissez l'enfant choisir ce qui convient le mieux à son système tactile.

· Appliquez fréquemment des pressions profondes sur tout le corps de l'enfant.

· Incitez au jeu tactile avec différentes textures, tant sèches qu'humides, qui engagent les mains, les pieds et le corps entier.

· Essayez des draps de compression en lieu et place des draps classiques.


3) Il évite les situations de groupe telles que les fêtes et les temps de jeu


Explication sensorielle : Les situations de groupe sont multisensorielles et plus difficiles à gérer qu'on ne le croirait. Elles ont des composantes auditives, visuelles et tactiles. En outre, des compétences au niveau des interactions sociales et de la communication sont nécessaires. La combinaison de ces défis peut être écrasante. L'enfant peut se contenter de regarder à distance, et c'est tout à fait OK.

Idées pour vous aider :

· Avant une activité de groupe, préparez le système nerveux de l'enfant avec quinze minutes d'activité physique intense.

· Fournissez des accessoires sensoriels tels que des bouchons d'oreilles, des écouteurs, un chapeau, des lunettes de soleil, un jouet anti-stress* ou un objet à mettre à la bouche.

· Ne poussez pas l'enfant à la limite. S'il montre des signes de sur-stimulation, il est temps de s'en aller ou de faire une pause.

· N'insistez pas pour obtenir un contact visuel ou des communications verbales. Laissez cela se produire naturellement.

· Si l'enfant préfère prendre du recul et se contente d'observer le groupe, il est approprié de le lui permettre ; cela vaut mieux que de vouloir le forcer à s'impliquer davantage.

· Des vêtements de compression ou un gilet Bear Hug™ peuvent être utiles pour calmer l'enfant, réguler l’afflux d’informations sensorielles et pour permettre au système nerveux de mieux accepter l'expérience multisensorielle.

· Commencez par de très petits groupes, composés par exemple d'un autre enfant et de l'un de ses parents, en choisissant judicieusement le parent et l'enfant qui correspondent le mieux à votre enfant sur le plan sensoriel.

· Faites en sorte que la situation de groupe soit plaisante et repose sur des expériences sensorielles, par exemple une sortie dans un parc ou des jeux dans le jardin.

· Commencez par des situations de groupe à la maison dans un cadre confortable et familier ; les personnes invitées représentent déjà un apport sensoriel important pour de nombreux enfants sensibles.


4) Il désire des saveurs ou des aliments épicés, salés ou amers


Explication sensorielle : Les aliments épicés, salés et amers peuvent favoriser l'autorégulation et la vigilance, et ce pour tous les cerveaux. Ils peuvent être calmants ou stimulants, en fonction du type de cerveau et du moment. Les enfants sensibles ont tendance à apprécier ces aliments et saveurs encore plus que les autres. Une autre raison pourrait être une moins grande sensibilité du goût et de l'odorat, qui susciterait des besoins et envies de saveurs plus fortes.

Idées pour vous aider :

· Laissez-les manger des aliments épicés, salés et amers, en partant du constat que cela peut être très important pour leur autorégulation et pour qu'ils puissent rester en alerte.

· Approvisionnez-les avec ces aliments lors des périodes difficiles, par exemple lorsqu'ils révisent pour un examen, font leurs devoirs, ou doivent se rendre à l'église.

· Essayez de prendre en compte ces préférences aussi souvent que possible lorsque vous préparez des repas. Cela pourra être un grand atout pour les facultés d'autorégulation de votre enfant.


5) Il se frotte les mains rapidement et avec force


Explication sensorielle : Se frotter les mains de cette manière fournit une pression tactile profonde et des sensations proprioceptives aux mains et aux bras. Cela crée également des sensations vestibulaires dès lors que des mouvements corporels sont impliqués. Cette technique peut réguler l'enfant et se montrer très apaisante. Elle peut également éviter les périodes de surcharge sensorielle.

Idées pour vous aider :

· Il est OK de laisser l'enfant faire. Respectez cela comme étant un besoin sensoriel.

· Encouragez d'autres activités proprioceptives durant la journée, telles que celles énumérées ci-dessous : - pressions profondes tactiles sur les mains et les bras - étirement des articulations en se suspendant à une barre - faire la brouette

· Evaluez les situations où l'enfant se frotte le plus les mains, et réagissez en conséquence, en minimisant les stimuli sensoriels autant que nécessaire.

· Essayez des jouets ou un oreiller vibrants pour augmenter la quantité de sensations tactiles et proprioceptives.


6) Il résiste tant bien que mal à l'école, pour s'effondrer ou avoir une crise ensuite à la maison


Explication sensorielle : Chaque journée passée à l'école est remplie de sensations multisensorielles, qui sollicitent beaucoup le système nerveux et représentent une grande source de stress. Cela est particulièrement difficile pour ceux qui ont des difficultés avec la modulation sensorielle et l'autorégulation. L'enfant essaie tant bien que mal de suivre les règles de la classe, de plaire à l'enseignant et au personnel, et de répondre aux attentes sociales des autres enfants. Lorsque l'enfant revient à la maison après une longue journée d’agressions sur le système nerveux, il peut tout simplement s'effondrer ou avoir une crise pour tout laisser sortir dans un environnement où il se sent en sécurité, n'est pas jugé par ceux qui l'aiment et respectent ses différences sensorielles.

Idées pour vous aider :

· Respectez cette attitude en tant que véritable message sensoriel signifiant que la journée d'école était écrasante et incroyablement difficile.

· Essayez de ne pas donner crédit à la théorie du « pourquoi fait-il cela à la maison et non pas à l'école ? Cela montre clairement qu'il peut se contrôler quand il le veut bien, n'est ce pas ? »

· Créez-lui un refuge sensoriel pour l'aider à se détendre et à décharger ses ressentis sensoriels de la journée.

· Fournissez une balançoire d'intérieur, un hamac ou une balançoire-sac*, étant donné que se balancer de façon lente et rythmique peut être très apaisant et régulant.

· Placez-le la tête en bas.

· Faites-lui des pressions profondes sur tout le corps.

· Offrez-lui des sensations de proprioception.

· Diminuez la quantité de stimuli pendant au moins une heure lorsque l'enfant rentre de l'école.

· Abstenez-vous de demander à l'enfant de faire des choses à la maison, de faire ses devoirs ou de toute autre demande, pendant l'heure qui suit son retour de l'école.


7) Les chaussettes et leurs coutures doivent être « nickel »


Explication sensorielle : Cela est probablement dû à un système tactile sur la défensive et une prise en compte excessive des stimuli tactiles. Les coutures dans la chaussette peuvent déclencher une sensation aussi extrême que celles d’une lame de rasoir ou une douleur lancinante forte, l'enfant étant dans tous les cas incapable de faire abstraction de ces sensations parasites.

Idées pour vous aider :

· Des chaussettes sans coutures seraient ma première recommandation.

· Des chaussettes de compression serrées seraient mon deuxième choix car elles sont moins susceptibles de glisser.

· Respectez cela comme un véritable défi sensoriel et consacrez du temps supplémentaire à trouver des chaussettes appropriées pour bien démarrer la journée.

· Si votre enfant se porte mieux sans chaussettes du tout, essayez cette option lorsque cela est possible.

· Appliquez des pressions profondes sur les pieds avant de lui enfiler les chaussettes.

· Trouvez des chaussures bien ajustées.


8) Il refuse de marcher pieds nus sur l'herbe, sur le sable ou sur des surfaces qu'il ne connaît pas


Explication sensorielle : Les pieds ont un grand nombre de récepteurs tactiles, en particulier la plante des pieds. Les textures nouvelles ou différentes peuvent être inconfortables ou douloureuses pour un enfant dont le système tactile est sur la défensive ou qui prend trop en compte le registre tactile. Les changements de texture lors de la marche dans l'herbe ou sur le sable peuvent aussi être des facteurs de problèmes, analogues à ce que vous ressentez parfois quand le pied nu se pose sur une pierre ou quelque chose de blessant. Cette sensation imprévisible peut faire qu'un enfant refuse de marcher pieds nus.

Idées pour vous aider :

· Respectez cela comme quelque chose qui est vraiment douloureux et inconfortable. Laissez l'enfant porter des chaussures ou des chaussettes.

· Procurez régulièrement des pressions profondes sur ses pieds.

· Incitez l'enfant à progresser vers la marche pieds nus en portant d’abord des tongs ou des chaussures ouvertes.

· Incitez l'enfant à pratiquer à petites doses des activités tactiles pour les pieds … sur des textures sèches abord, puis sur des textures plus salissantes*.

· Incitez l'enfant à pratiquer la marche pieds nus en inscrivant ses pas dans les vôtres pendant de très brefs moments, dans un cadre ludique « suivez le guide ». De cette façon, vous pourrez détecter d'éventuels changements de nature du terrain ou de la texture, afin d'en avertir l'enfant ou de les éviter.


9) Mouvements oculaires constants : il fait des clignements rapides et hausse les sourcils


Explication sensorielle : Ce signal peut s'expliquer de diverses façons. Il est important tout d'abord de faire vérifier la vision de l'enfant par un professionnel ; les facteurs neurologiques doivent également être vérifiés. Si tous les tests sont OK, alors on peut le considérer comme une façon pour l'enfant de recevoir des informations et un retour proprioceptifs et visuels, et se dire que cela lui fait du bien. Cela peut être calmant et régulateur, représenter une sorte d'ancrage sensoriel. Les stimulations visuelles toujours changeantes issues de ces mouvements l'aident à s'autoréguler. Cela peut également servir à éviter le contact visuel ou les interactions sociales inconfortables.

Idées pour vous aider :

· Laissez l'enfant le faire… il ne fait pas de mal aux autres et n'importune personne. Reconnaissez-le comme un signal ou un ancrage sensoriel ; l'enfant essaie ainsi de s'autoréguler.

· Proposez à l'enfant de fréquentes doses de stimulations vestibulaires et proprioceptives tout au long de la journée.

· Limitez le temps d'exposition aux écrans. Ceux qui utilisent les stimuli visuels pour s'autoréguler tendent à graviter autour des écrans, mais cela n'est pas bénéfique à leur cerveau.

· Jouez à des jeux d’expressions faciales amusantes ou très dramatiques, pour augmenter les stimuli proprioceptifs au niveau des muscles faciaux et oculaires.

· Incitez l'enfant à afficher face au miroir un visage joyeux ou au contraire dramatique ou loufoque.


10) Il fait mal aux autres ou aux animaux domestiques quand il joue


Explication sensorielle : Cela peut être dû à un faible enregistrement proprioceptif et à un retour proprioceptif faible aux muscles et articulations Si un enfant est incapable de détecter ou de sentir la quantité de pression qu'il applique avec les muscles et les articulations, il peut faire usage de trop de force. Cet usage de la force aide l'enfant à sentir les informations proprioceptives, facilitant donc l’autorégulation.

Idées pour vous aider :

· Incitez l'enfant à pratiquer des activités très physiques utilisant bras et mains.

· Incitez l'enfant à faire la brouette* et à se suspendre à une barre.

· Mettez à sa disposition une grotte d'oreillers, une boîte de compression* ou une couverture lestée.

· Mettez en place des parcours d'obstacles impliquant des tâches très physiques.

· Fournissez un mini trampoline, une balle BOSU® ou une balle hippity hop*.

· Favorisez des doses fréquentes de stimulations proprioceptives et vestibulaires tout au long de la journée.

· Incitez l’enfant à faire usage de Thera-putty™, d'argile ou de pâte à modeler.

· Assurez-vous de parler de ce sujet avec l'enfant, en l'aidant à prendre conscience qu'il peut blesser la personne ou l'animal. L'enfant n'est probablement pas conscient de la douleur ou de l'inconfort qu'il cause.


11) Il touche de façon répétée des surfaces ou objets apaisants


Explication sensorielle : Ce signal sensoriel est probablement dû à un faible enregistrement des signaux tactiles ainsi qu'à des difficultés d’autorégulation. Toucher une surface ou un objet apaisant facilite la structuration du système nerveux et peut être apaisant et calmant. Cela peut également servir à l’enfant de point d'ancrage sensoriel.

Idées pour vous aider :

· Incitez à différents jeux basés sur des textures humides et sèches. Jouer avec tout le corps est préférable, comme dans le bac à sable.

· Encouragez des jeux salissants* dans la baignoire avec de la mousse de savon ou du flan.

· Fournissez à l'enfant un jouet anti-stress* ou un objet répondant aux besoins d'apaisement de l'enfant.

· Fournissez à l'enfant des jouets vibrants.

· Incitez à de nombreux jeux qui impliquent les ‘sensations de base’.  Fournissez-lui des pressions profondes.

· Fournissez-lui des tractions et compressions aux articulations.


12) Il retient l'urine ou les selles et refuse d'aller aux toilettes


Explication sensorielle : Aller aux toilettes est une compétence très complexe pour le cerveau, beaucoup plus qu'on pourrait le penser. C'est un cas de figure différent de celui d'un enfant qui ignore qu'il a besoin d'aller aux toilettes. Chez les enfants qui se retiennent tant qu'ils le peuvent, quelque chose peut déclencher des réactions de lutte ou de fuite dès lors qu'ils sont dans les toilettes, ou bien ce peut être simplement une MAUVAISE expérience passée dans des toilettes publiques avec des toilettes à chasse automatique ou un sèche-mains extrêmement bruyants. Peut également entrer en jeu une composante psychologique, « perdre une partie de son corps », et ces enfants préfèrent généralement faire leurs besoins dans une couche / couche-culotte / sous-vêtements. Une autre possibilité est que la rétention donne un sentiment de contrôle... ce qui est assez commun avec nos enfants sensibles. ☺

Idées pour vous aider :

· Inspectez de très près l'environnement de la salle de bain : y a-t-il des déclencheurs sensoriels qui empêchent l'enfant de se sentir en sécurité dans la salle de bain ? Y a-t-il des bruits trop forts ? Des odeurs fortes ? Un siège de toilettes trop froid ?

· Limitez l'utilisation des toilettes publiques pour éviter les stimulations sensorielles imprévisibles. Si vous devez les utiliser, allez-y d'abord vous-même pour évaluer la situation et munissez-vous d'autocollants à placer sur les capteurs des toilettes automatiques et des sèche-mains.

· Essayez de placer des toilettes portatives dans un endroit sûr pour l'enfant ; cela peut même être dans sa chambre. Cela aidera le système nerveux à baisser la garde pour se détendre suffisamment pour aller aux toilettes.

· L'autorégulation est la clef de tout cela… de ce fait, beaucoup de proprioception calmante et régulatrice au quotidien est très important.

·

13) Il recherche les mouvements rapides, rotatifs ou intenses


Explication sensorielle : Cela est probablement dû à une moindre intégration des signaux vestibulaires, y compris les signaux de rotation. Le cerveau a besoin d'une quantité adéquate de stimulations vestibulaires pour se réguler et se maintenir en état de fonctionnement au quotidien. Si un enfant n'enregistre pas ou ne détecte pas ces sensations, il les recherchera probablement de manière très forte, jusqu'à ce que son cerveau les ressente.

Idées pour vous aider :

· Dissuadez les enfants d’exécuter des mouvements de rotation intenses et longs, même lorsqu'ils disent les apprécier. Ils peuvent désorganiser fortement le cerveau.

· Permettez à l'enfant de tourner à petites doses : un tour par seconde, dix fois dans un sens, puis dix fois dans l'autre sens.

· Incitez l'enfant à pratiquer des activités où on tourne dans diverses positions (assis, sur le ventre, incliné), dans différents plans de mouvement, et avec des arrêts/reprises fréquents.

· Incitez-le à mettre souvent la tête en bas.

· Incitez-le à sauter d’une balle BOSU® ou d’un mini trampoline dans une grotte d'oreillers.

· Incitez-le à rouler au bas de petites pentes ou à faire des sauts périlleux.



14) Il bat l’air des mains (‘hand flapping’)


Explication sensorielle : Ce signal sensoriel est souvent mal compris. Battre l’air des mains est souvent un ancrage sensoriel, qui apaise et régule le cerveau. Cela procure de la proprioception aux mains et aux bras, ce qui organise et apaise le système nerveux. Notez si votre enfant le fait plus souvent dans des contextes nouveaux et inconnus ou dans des situations multisensorielles difficiles.

Idées pour vous aider :

· Il est OK de le laisser faire… et de veiller à informer l'entourage de cette nécessité sensorielle.

· Demandez également qu’on le respecte dans cette activité.

· Battre l’air des mains n'est pas vraiment différent de ce que quelqu'un d'autre fait lorsqu'il se ronge les ongles, bien que pour une raison ou pour une autre notre société accepte le fait de se ronger les ongles, mais moins bien le fait de battre l’air des mains.

· Proposez à l'enfant des doses régulières de compression et de traction des articulations, au moyen d’activités telles que faire la brouette*, se suspendre à une barre, etc.

· Proposez de la Thera-putty™, de la pâte à modeler, de l'argile, et/ou des jouets anti-stress*.

· Fournissez des doses régulières de profondes pressions tactiles sur les bras et les mains.

· Essayez les activités faisant appel à de la Thera-band®.

· Les vêtements de compression pour le haut du corps peuvent aider.

·

15) Il se balance, agite les jambes ou bouge la tête lorsqu'il est assis


Explication sensorielle : Ces trois mouvements stimulent le système vestibulaire, ce qui à son tour favorise l'attention à la tâche, la vigilance et l'autorégulation en général. Souvent, on observe ces mouvements lorsque l'on demande à l'enfant de rester assis pendant un certain temps, ou alors en période de stress, de surcharge sensorielle ou de dérèglement sensoriel.

Idées pour vous aider :

· Utilisez un fauteuil boule ou un tabouret à pied unique à la place d'une chaise habituelle.

· Placez de la Thera-band® autour des pieds d'une chaise ordinaire pour que la partie inférieure du corps de l'enfant puisse se mouvoir tout en rencontrant une résistance.

· Prévoyez des pauses fréquentes où l'enfant pourra bouger, y compris pour des activités physiques exigeantes.

· Incitez l'enfant à utiliser une balle hippity hop* ou BOSU®.

· Fournissez un hamac d'intérieur ou une balançoire Ikea®.

· Fournissez un jouet anti-stress* ou un outil buccal sensoriel tel qu'un chewing-gum.

· Si vous observez ces comportements dans les phases de surcharge sensorielle ou dans des situations multisensorielles, diminuez la quantité de stimulations sensorielles en général.


NB :La proprioception est la perception, consciente ou non, de la position de toutes les parties du corps. Elle fait appel aux récepteurs proprioceptifs qui envoient une information précise à chaque instant sur la position des muscles, des articulations et des os.


366 vues0 commentaire

Comments


bottom of page